L'eau


le 77 au palmarès départemental de l'écologie 2016

Gestion des déchets : 87ème
Transition énergétique - climat : 49ème
Agriculture biologique : 87ème
Qualité de l'air : 84ème
Qualité de l'eau : 95ème ... et dernière place
Agenda 21 : 21ème place
Protection de la biodiversité : 9ème place
Consommation durable : 39ème place


Quelques chiffres du ministère de l'environnement

Champ : France métropolitaine. Sources : agences de l'eau ; BRGM, banque de données Ades, réseaux RCS, RCO ; Météo France ; Medde/DEB. Traitements : SOeS, 2016 


Les nitrates sont, avec les pesticides, les polluants les plus détectés dans les eaux souterraines de métropole. Leurs concentrations augmentent jusqu'au début des années 2000, se stabilisent sur la décennie 2000-2010, et semblent décroître depuis. Il existe néanmoins des disparités régionales avec des améliorations observées pour certaines nappes alors que d'autres continuent à se dégrader.

Les fluctuations interannuelles des concentrations sont en partie liées à la pluviométrie, les précipitations favorisant le lessivage des nitrates stockés dans les sols. Plus faibles les années sèches, comme en 2005, les teneurs en nitrates dans les eaux souterraines augmentent avec le retour de pluies importantes comme en 2013.


Note : pour l'irrigation, la série démarre en 2008 en raison d'un changement du mode d'estimation des volumes prélevés. Champ : France métropolitaine. Sources : agences de l'eau ; Onema, banque nationale des prélèvements en eau (depuis l'année de constat 2012).Traitements : SOeS, 2016 

Sur la base des déclarations faites aux agences de l'eau au titre de la redevance pour prélèvement, le volume d'eau douce prélevée en France métropolitaine en 2013 est estimé à 33 milliards de m3. Depuis une dizaine d'années, les prélèvements pour l'eau potable, les usages industriels et les centrales électriques sont en légère diminution. L'information disponible ne permet pas de se prononcer pour les canaux et les usages agricoles (la super cie irriguée est stable depuis 2000, après avoir nettement augmenté entre 1970 et 2000).

L'alimentation des canaux et le refroidissement des centrales électriques utilisent de l'eau de surface. L'ensemble des autres usages se répartit à parts égales entre eau de surface et souterraine ; le plus gros volume d'eau souterraine est prélevé pour l'eau potable. 



Conseil départemental de Seine et Marne, le site de l'eau

De nombreux documents techniques sont disponibles sur le site



Agence Régionale de Santé